Cofinancement de la formation : les nouvelles dispositions législatives 2018
 
La législation en matière de formation professionnelle continue permet aux entreprises légalement établies au Luxembourg de bénéficier d’une aide au financement de leurs plans de formation.
L'INFPC (Institut national pour le développement de la formation professionnelle continue), organisme en charge de l'instruction des demandes de cofinancement, a publié sur son site une vue d'ensemble des points qui ont été modifiés (voir ci-dessous). Pour plus d'informations, veuillez consulter:  http://www.lifelong-learning.lu/Detail/Article/Aides/cofinancement-de-la-formation/fr
 
Les nouvelles dispositions législatives ci-après seront prises en considération dans le cadre de l’instruction des demandes de cofinancement de la formation professionnelles relatives à l’exercice d’exploitation 2018.
 
CE QUI CHANGE
-        La participation financière de l’État passe de 20 à 15% du coût de l’investissement en formation réalisé au cours de l’exercice d’exploitation.
Elle est majorée de 20% en ce qui concerne le coût salarial des participants répondant à l’un des critères ci-après, à la date du début de mise en œuvre du plan de formation de l’entreprise :
·        pas de diplôme reconnu par les autorités publiques et une ancienneté < 10 ans,
·        âge > 45 ans.
-        L’investissement en formation est plafonné selon la taille de l’entreprise :
·        20% de la masse salariale pour les entreprises de 1-9 salariés ;
·        3% de la masse salariale pour les entreprises de 10-249 salariés ;
·        2% de la masse salariale pour les entreprises de plus de 249 salariés.
-        La période d’éligibilité du plan de formation n'est plus basée sur l’exercice fiscal mais uniquement sur l’année civile allant du 1er janvier au 31 décembre.
-        La demande d’approbation est supprimée. Le "Bilan annuel" et le "Rapport final" sont remplacés par la "Demande de cofinancement", matérialisée par un formulaire unique.
-        La bonification d’impôt est supprimée.
-        Le calcul du salaire horaire moyen se réfère exclusivement aux informations fournies par le certificat renseignant sur la masse salariale (le certificat de revenu n’est plus pris en considération).
-        Toutes les factures et refacturations doivent être accompagnées d'une copie de l'extrait de virement (le cachet et la signature de la comptabilité sur la facture ne sont plus considérés comme preuves de paiement).
-        La durée des formations d’adaptation au poste de travail passe de 173 à 80 heures par participant et par exercice. Seules les formations des salariés non qualifiés et des salariés dont le diplôme n’est pas en relation avec l’activité exercée sont éligibles.
-        Les frais de constitution de la demande de cofinancement sont pris en charge à hauteur de 500 euros.
-        Les frais de cotisation à un organisme de formation sont éligibles sur la base d’une convention collective ou d’un accord interprofessionnel.
-        L’autoformation se résume exclusivement à l’apprentissage par voie de e-learning.
 
CE QUI N’EST PLUS ÉLIGIBLE
-        Les formations à caractère obligatoire prévues par le législateur pour l’exercice des professions réglementées. Les formations déclarées obligatoires par l’entreprise sont toujours éligibles.
-        Les frais liés à la location ou à l’amortissement de salles de formation et de matériel pédagogique.
-        Les frais de préparation pédagogique.
-        Les frais de consultant (seul le coût du réviseur d’entreprises chargé de l’examen du décompte financier de la demande de cofinancement reste éligible).
-        Les frais administratifs et de suivi.
The new legislative provisions set out below are to be taken into consideration in the context of the examination of applications for co-funding relating to the 2018 operating year.
 
______________________________
 
 
WHAT WILL CHANGE
-        The State's financial participation drops from 20 to 15% of the amount invested in training in the course of the financial year.
-        It is increased by 20% for the wages cost of participants meeting one of the following criteria on the date the company's training plan is being implemented:
·        no diploma recognised by the public authorities and less than 10 years' seniority,
·        over 45 years of age.
-        Investment in training is capped according to the size of the company:
·        at 20% of total payroll for companies with 1 to 9 employees;
·        at 3% of total payroll for companies with 10 to 249 employees;
·        at 2% of total payroll for companies with more than 249 employees.
-        The eligibility period for the training plan is no longer based on the financial year, but solely on the calendar year running from 1 January to 31 December.
-        There is no longer a request for approval. The "annual review" and the "final report" are replaced by the "application for co-funding", in the shape of a single form.
-        The tax credit is abolished.
-        Calculation of the average hourly wage refers exclusively to the information supplied by the certificate providing information on the total payroll (the 'certificate of income' is no longer taken into consideration).
-        Proof of payment: copy of bank transfer must be attached to all invoices (the stamp and signature of the accounting department on the invoice are no longer considered as proof of payment).
-        The duration of on-the-job training is reduced from 173 to 80 hours per participant per financial year. Only training courses for employees with no qualifications and for employees whose formal qualifications bear no relation to their work are eligible.
-        500 euros will be refunded to cover the cost of drawing up the application for co-funding.
-        Subscriptions paid to training bodies are eligible on the basis of a collective labour agreement or an inter-professional agreement.
-        Self-training now refers exclusively to e-learning.
 
 
WHAT IS NO LONGER ELIGIBLE
-        Training courses that are compulsory by law before working in a regulated profession. Training courses declared as compulsory by the company are always eligible.
-        Expenditure in connection with hiring or amortising the cost of training rooms and teaching materials.
-        Teaching preparation expenses.
-        The cost of a consultant (only the cost of the auditor responsible for examining the financial breakdown of the application for co-funding remains eligible).
Overheads and monitoring costs.